AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 h i d d e n ♠ f e e l i n g s . ISADOR.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♣ 1ère Classe

avatar
messages : 25
█ Date d'inscription : 14/05/2010
█ Classe : première classe
█ Emploi : sans emploi
█ Situation : célibataire
█ Photo d'identité :


MessageSujet: h i d d e n ♠ f e e l i n g s . ISADOR.   Sam 22 Mai - 0:24


    __________Mon cher Gabriel,


    Je sais à quel point il est idiot de t'écrire en ce jour. Le problème, vois-tu, c'est que j'en ressens le besoin, je ne peux m'en empêcher. J'ai le sentiment que, peut importe l'endroit où tu te trouves, tu peux m'entendre, et sentir à quel point je pense à toi. Sais-tu à quel point je te jalouse? Toi, tu es parvenu à rejoindre Papa et Maman. Et moi je suis seule. Seule dans ce monde de fou. Je me noie chaque jour un peu plus, même si j'aimerai refaire surface. Oh, tu sais, je désirerais tellement que ceux qui t'ont ôté la vie payent pour ce crime. Qu'ils ressentent la peine que j'éprouve, qu'ils saignent comme tu as saigné... La haine, la colère, la peine, se bousculent dans ma tête. Comment puis-je m'en sortir?

    Tu m'as laissée toute seule Gabriel, tu m'as quittée. J'aurais tellement désiré en finir moi aussi, dans cette ruelle sombre. Mais ils m'ont épargnés, et je n'ai pas eu la force de mettre fin moi-même à mes jours. Je suis faible, je le sais. Mais que puis-je y faire?


Je me trouvais sur le Pont A, à rédiger cette lettre, les yeux perdus dans le vide. Il m'arrivait très souvent, depuis le drame, d'écrire à Gabriel. J'avais également rédigé de très - trop - nombreuses lettres à mes parents. C'était ainsi que j'avais trouvé le moyen de me sentir plus proches d'eux, bien qu'ils m'aient quittés pour toujours. Tout était tellement cruel, vide de sens... L'Amérique parviendrait-elle à me changer les idées? J'en doutais. Si je continuais à fuir la compagnie des autres, à long terme, je finirais certainement par sombrer dans la dépression, comme de nombreuses autres personnes avant moi. Je m'étais assise sur un banc, il y a quelques heures de cela, alors que le matin était à peine levé et le pont quasiment vide. A présent, de nombreuses personnes passaient ici, devant moi. J'avais besoin de calme, de paix.

La rédaction de cette lettre devrait attendre. Il me semblait que les regards se posaient tous sur moi. Depuis quelques temps, j'avais cette étrange impression, et cela m'offrait un stress permanent. Finalement, après quelques minutes, qui me parurent des heures à réfléchir à ce que j'allais faire, je décider de bouger d'ici, pour trouver un endroit qui serait à l'abri des regards, où je me sentirait en totale sécurité. Je ramassais mes affaires, et les nombreuses feuilles qui étaient posées sur le banc, dont la lettre faisait partie, et je me levais, ressentant des picotements très prononcés dans mes jambes. Le vent profita de cet instant pour souffler un peu, me donnant l'impression d'avoir fait voler quelques unes de mes feuilles. Mais non, ce n'était certainement qu'une impression.

Où allais-je aller? Telle était la question. Étant sur ce bateau depuis peu, je ne connaissais pas réellement toutes ses pièces, et éventuellement celles dans lesquelles je pourrais me réfugier quelques temps. Tant pis, j'irai à l'aveuglette! D'un pas plutôt lent, je me mis en route, longeant le Pont A.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

h i d d e n ♠ f e e l i n g s . ISADOR.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S . t i t a n i c ™ :: FLASHBACK ♥ :: Promenade des 1ère classe-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Art, Culture et Loisirs | Culture - Autres sujets